VIH?

Publié le par houeb

undefined
Après avoir expérimenté les angoisses provoquées par le flou des résultats d'un test VIH ("Monsieur, les premiers résultats ne nous permettent pas de confirmer votre état, vous devrez passer un second test..."), je m'étais demandé: "est-ce que le test cherche la présence directe du virus et ce dernier s'est bien caché, ou le test se contente de chercher la présence d'éléments provoquée par le virus, ce qui expliquerait la mutiplicité des tests et leur incertitude?"

A l'époque, j'avais croisé sur le net quelques pages qui remettaient en cause l'existence même du virus, me poussant un peu plus dans l'interrogation. Puis le résultat de mon second test est arrivé, et apprenant que j'étais officiellement séronégatif, je remis mes investigations et mes angoisses au placard.

Et voilà qu'aujourd'hui, je tombe sur un article encensant Mr Georges W. Bush pour son action contre le SIDA en Afrique!
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=82641

En me fiant à mon opinion sur la personne, la question de la validité du VIH refit surface et je remis la main sur un site regroupant les recherches faites dans cette direction.

Extrait:

C'est sans doute là le noeud du problème. En 1989, le National Research Council publiait un rapport qui révèle plus explicitement ce qui se trame derrière l'hypothèse VIH = sida. Financé à l'origine par la Fondation Rockefeller et Russel Sage, puis subventionné par le Ministère de la santé publique, ce rapport Sida : comportement sexuel et toxicomanie par voie intraveineuse exposait les grandes lignes d'un vaste plan de modification des comportements sociaux, de "marketing social", le tout sous couvert de prévention du sida. "Lorsqu'une communauté subit le choc dévastateur d'une épidémie il peut s'en suivre une forte réaction sociale et politique," notait benoîtement le comité de rédacteurs. Pour contrer une épidémie et parer à la propagation de la maladie et de la mort, la communauté doit se mobiliser rapidement" (p. 373). Cette modification forcée des valeurs culturelles d'une société nécessite un levier : la manipulation habile de la peur. "Idéalement, tout message à caractère sanitaire devrait faire comprendre à chaque individu qu'une menace pèse sur lui et souligner les moyens d'y faire face, modulant ainsi le niveau de peur... Nous ignorons encore quelle est la meilleure façon de procéder pour créer une peur adéquate chez les différents publics. Afin d'améliorer notre technique de communication, nous devons tester différentes campagnes d'information sur le sida ; chaque campagne doit être soigneusement conçue et l'évaluation de son impact doit être notée avec la plus grande précision," nous dit froidement le comité de rédacteurs (pp. 267-8).

Agence au budget annuel de deux billions de dollars, le CDC emploie des milliers de fonctionnaires persuadés d'avoir une mission : contrôler et modifier le mode de vie de la population au moyen des épidémies.

http://www.sidasante.com

Maintenant, que penser de tout ça...

Publié dans Textes

Commenter cet article

Alain1 08/03/2008 20:11

Le site qui est mis à jour est www.sidasante.com. Le site sur orange n'est plus mis à jour depuis longtemps.Sinon, il est clair que le VIH n'existe pas. Les gens à l'origine de l'affaire sont infoutus de produire un papier qui prouve son existence. Ca la fout mal après 24 ans. Montagnier lui-même a dit qu'ils n'avaient pas purifié leur culture, lors du premier isolement, alors que c'est une étape indispensable pour dire qu'on a isolé un virus. D'ailleurs, au départ, il n'y a pas eu publication dans une revue scientifique.Les morts du SIDA viennent principalement de l'AZT, qui a été distribuée entre 1987 et 1991 à haute dose. A partir de 1992 environ, les doses ont été diminuées fortement, ce qui a aboutit à une première baisse de mortalité. Puis, on a encore baissé les doses vers 1995 (si je me souviens bien) ; ce qui a aboutit à une autre baisse de mortalité.Depuis 1996, l'arnaque, ce sont les trithérapies. En réalité, ce sont des corticoides mis sous un autre nom. On fait croire que ce sont des médicaments super high-tech (des inhibiteurs de transcriptase inverse ou de protéase), alors que ce sont de vieux médicaments renommés. L'avantage des corticoides, c'est que ce sont des médicaments relativement peu dangereux à moyen-terme. D'ou la baisse encore plus importante de mortalité depuis 1996. Le problème des corticoides, c'est que ça engendre des effets importants lors d'un arrêt brutal. Donc, impossible pour un séropositif sous trithérapie d'arrêter d'un coup le traitement, sinon, au bout des quelques semaines, il subit le contre-coup de l'arrêt brutal, et on lui fait croire que c'est le SIDA qui commence à frapper (le cortisol est une hormone servant à gérer le stress qui aboutit à un recentrage de l'eau dans le corp. Du coup, quand on arrête d'en prendre, l'eau quitte le centre du corps pour s'accumuler dans les bras et les jambes. Donc, à l'arrêt, il y a une forte hypotension, une perte de poids, des douleurs articulaires, etc...).Surtout que même s'il passe l'étape dure de l'arrêt (forte hypotension, donc paleur, faible énergie, perte de poids, etc...), le séropositif aura tendance à avoir des variations de son taux de cortisole. Ce qui fait qu'il aura tendance à avoir des rechutes. Donc, il croira qu'il fait un sida et reprendra un trithérapie. Du coup, avec les trithérapies, les séropositifs sont baisés.La bonne nouvelle, c'est quand même qu'il est tout à fait possible d'obtenir exactement le même effet qu'une trithérapie avec de la cortisone. Même la prise d'aspirine semble donner ce genre d'effet.Une autre bonne nouvelle, c'est qu'il est tout à fait possible de redevenir négatif. En effet, les tests ne sont pas spécifiques, et mesurent en réalité la quantité de petite particules dans le sang. Or, ce taux de petites particules peut tout à fait être manipulé et on peut faire en sorte que le test soit négatif. En fait, la situation normale, c'est plutot de réagir négatif que positif. Donc, quelqu'un qui refait un test au bout de quelques mois (et qui ne prend pas de drogues ou de médicaments du type antibiotiques) a de fortes chances d'être négatif. Mais bon, au cas ou la situation naturelle ne suffirait pas, on peut manipuler le test.

cereal 16/02/2008 00:15

Ooola !!!Je me demande quel est le projet des personnes à l'initiative du site orange "pour ne pas le cité". Il me semble que leur démarche est contre productive en terme de santé public.Question complexe pour un sujet grave. Même si il ne faut pas tomber dans la psychose, en effet. Je me permet un rappel de quelques fondamentaux :Les capotes c'est bien ! etDifférence entre VIH : Virus de l'Immunodéficience Humaine et SIDA : Syndrome d'Immuno Déficience Acquise VIH désigne le Virus de l'Immunodéficience Humaine. Ce virus, lorsqu'il pénètre dans le corps, va infecter et détruire certaines cellules qui coordonnent l'immunité (défenses de l'organisme contre les microbes). Lorsque ces cellules sont en nombre insuffisant, l'immunité n'est plus efficace. Des maladies graves dues à des microbes peuvent alors se développer. On appelle ces maladies « maladies opportunistes », parce qu'elles profitent de la disparition de l'immunité pour se développer. Lorsqu'une personne a une ou plusieurs maladies de ce type, on dit alors qu'elle a le sidaSyndrome d'Immuno Déficience Acquise) source : http://www.sida-info-service.org/informer/vih/vih.php4cereal