Entretien avec Erwin Wagenhofer

Publié le par houeb

"Dans “We feed the world”, sorti en 2007, le documentariste Erwin Wagenhofer interpellait les citoyens des pays riches sur le mode : continuez à vouloir bouffer des fraises à Noël et vous détruirez la planète en affamant le tiers-monde. Avec “Let's make money”, sorti mercredi, l'Autrichien enfonce le clou. Au fil d'une démonstration implacable, il explique comment nous autres, innocents contribuables, alimentons sans le savoir la plus inique des mécaniques : le système financier mondial. Rencontre avec la bête noire des néo-libéraux de tous poils.


Après les ravages écologiques et humains de l'industrie agroalimentaire, vous vous attaquez aux aberrations du système financier mondial. Comment êtes-vous passé de l’un à l’autre ?
Cela s’est fait naturellement. Après m'être interrogé sur la provenance de notre nourriture, j'ai décidé d'enquêter sur la destination de notre argent, et l'usage qu'en font les banques. Let’s Make money commence d'ailleurs là où se terminait We feed the world : sur le Mont-Pèlerin, au-dessus du lac Léman, en Suisse. C'est là que se situe le siège mondial de Nestlé, l'un des plus gros groupes agroalimentaires de la planète. Dans We feed the world, le président de la multinationale m'avait confié son rêve : privatiser l'eau… Pour Let's make money, je suis retourné dans cet endroit car c'est aussi le lieu de naissance de la Société du Mont-Pèlerin, haut-lieu de promotion du néo-libéralisme économique.

Comment prépare-t-on un film sur un sujet aussi complexe que le circuit monétaire international ?
L'important est de réussir à incarner son sujet. Avant même de connaître leurs noms, je savais exactement qui je voulais rencontrer. Pour préparer le tournage, j'avais élaboré un plan très précis où j'avais listé les fonctions ou les titres d'interlocuteurs potentiels : un investisseur autrichien en Asie, le directeur de la Banque mondiale ou encore le maire de Jersey. Bien sûr, toutes les rencontres n'ont pas pu se faire, mais dans l'ensemble, j'ai recueilli les témoignages que je souhaitais.


Comment avez-vous convaincu les magnats de la finance de vous recevoir ?
Depuis le succès international de We feed the world (un million de spectateurs dans le monde, NDLR), les gens savent que je ne milite pas pour le grand capital… Cela compliquait les démarches. C'est pourquoi j'ai engagé une célèbre journaliste autrichienne pour assurer l'intermédiaire entre les financiers et moi. Ça n'a pas toujours fonctionné comme je l'aurais souhaité… La persuasion exige beaucoup de rigueur et d'obstination : pour We feed the world, j'avais rencontré tous mes interlocuteurs avant le tournage, pour tâcher de les convaincre les yeux dans les yeux. Ça m'avait pris trois ans...
“J'ai essayé de capter des images fortes,
qui portent des traces évidentes
de cette course à l'argent.”

L’argent peut être un sujet extrêmement abstrait. Comment filme-t-on une valeur ?
J'ai essayé de capter des images fortes, qui portent des traces évidentes de cette course à l'argent. Lorsque j'avais filmé les gigantesques serres espagnoles pour We feed the world, j'avais déjà repéré les énormes complexes touristiques fantômes de la Costa del Sol. Voilà une conséquence très concrète de la spéculation : des paysages ravagés, des bâtiments immondes qui pourrissent au soleil, des quantités d'eau gaspillée pour entretenir des terrains de golf dont personne ne profite... Je voulais aussi tourner à Jersey : l'argent y est invisible, mais quelque part, derrière les cailloux et le sable, des sommes colossales prospèrent tranquillement. Et puis, bien sûr, je tenais à montrer la misère engendrée par cet accaparement de l'argent par quelques-uns : la pauvreté absolue, telle qu'on la trouve dans les bidonvilles des grandes villes indiennes.

Quel est ce « nous » auquel se réfère le titre ?

C'est le même « nous » que celui de We feed the world : il s'adresse à nous autres, citoyens des pays riches. C'est une manière de responsabiliser les gens, de leur signifier que ce qu'ils voient à l'écran les concerne. Au-delà de cela, Let's make money est vraiment le slogan de ces vingt dernières années. Il y a quelque chose de lubrique dans cette formule, qui fait penser à une autre expression anglophone : « let's make love ». On imagine très bien un banquier se levant de bon matin avec cette idée gourmande en tête : « Allons faire du fric ! »

“Pour perdurer, le système capitaliste pompe l'énergie
des gens les mieux formés de nos sociétés.
C'est désolant.”

 

Qu'est-ce qui vous a le plus marqué lors de votre enquête ?
J'ai eu le sentiment d'un immense gaspillage de matière grise. Pour perdurer, le système capitaliste pompe l'énergie des plus gros cerveaux, des gens les mieux formés de nos sociétés. Plutôt que d'employer leur intelligence à régler les problèmes urgents de la planète, ils passent leur temps à se demander comment maximiser les gains en un minimum de temps. C'est désolant.
D'un point de vue émotionnel, le plus frappant est évidemment la pauvreté des oubliés de la machine à fric. Involontairement, nous sommes responsables de leur misère car c'est bien notre argent, ou au moins une partie, que les banques injectent dans le circuit. Le seul levier que nous ayons pour contrer ce processus, c'est le vote.

Let's make money est déjà sorti il y a plusieurs mois en Autriche, en Allemagne, en Suisse. Comment le public réagit-il ?
Je reçois tous les jours des retours de spectateurs. Qu'on l'apprécie ou non, le film ne laisse personne indifférent. Lorsque le festival de Sundance l'a programmé, en janvier dernier, le débat post-projection avait d'ailleurs failli virer à la guerre civile : d'un côté, ceux qui prennent acte du constat et veulent agir pour changer les choses ; de l'autre, les incrédules qui considèrent le film comme un tissu de mensonges.
Quant aux réactions des politiques, elles ne se sont pas faites attendre : à Vienne, la ville a commencé à racheter les tramways dont le film dénonçait la privatisation. Bien sûr, entre-temps, la crise est passée par là…

Justement, le film sort en pleine crise. Ironiquement, cela risque de lui profiter…
Let's make money critique un système et, au moment où il sort en salles, la réalité lui donne raison… Il est vrai que je n'aurais pu rêver campagne marketing plus efficace. Pour autant, je ne suis pas un gagnant de la crise, contrairement à mon producteur qui, lui, se frotte les mains… Plus sérieusement, quand j'ai commencé à tourner, je ne pensais pas que la crise était sur le point d'éclater. En revanche, je n'ai jamais douter de son caractère inéluctable : rien de sorcier là-dedans, il suffisait d'analyser froidement le système pour comprendre qu'il allait dans le mur. Le pire, c'est que tous les financiers qu'on voit dans le film le savaient eux aussi : ils n'ont pas voulu voir, le plus urgent pour eux, c'était de faire de l'argent. Et vite.

.

Propos recueillis par Mathilde Blottière"


entretien trouvé sur Telerama.fr

Publié dans Textes

Commenter cet article